Anthony Degrange

anthony degrange - Consultant SEO Rennes

Peux-tu te présenter ?

Depuis 2011, date à laquelle j’ai obtenu mon Master 2 spécialisé dans les NTIC, je vadrouille dans le monde merveilleux du SEO. J’ai connu pendant seulement quelques mois l’âge d’or du SEO, autrement dit, l’ère d’avant Google Panda et Google Pingouin. C’était avant que Google nous oblige à rebattre les cartes, quand une stratégie SEO se résumait parfois simplement à 1 ou 2 liens puissants pour se positionner très facilement. J’ai travaillé au sein de nombreuses agences : Soledis à Vannes (56), La Compagnie Hyperactive à Niort (79), Experts Référencement à Juvisy-sur-Orge (91), Admaker à Saint-Cloud (92) et Mediaveille à Rennes (35), agence webmarketing au sein de laquelle j’exerce mon métier de consultant SEO depuis décembre 2015. En 2015, j’ai également eu une rapide expérience de freelance pendant mon séjour d’un an au Canada, laquelle m’a permis d’exercer mon métier librement, sans autres contraintes que celles que je m’imposais. Ce fut très enrichissant. Toutes ces expériences m’ont permis de conforter ma passion pour le référencement naturel qui demeure, encore aujourd’hui, un métier palpitant qui ne connaît pas de limite et au sein duquel on peut s’éclater et monter chaque jour en compétences un peu plus.

 

Comment es-tu arrivé dans le monde du SEO ?

C’est assez simple, je n’étais pas prédestiné à devenir consultant SEO comme la plupart de mes confrères j’imagine. J’y suis arrivé par hasard, Franck Larchey, que je cite régulièrement ça-et-là, ayant donné des cours de SEO au sein du master 2 que je suivais. Il a su me transmettre sa passion, j’ai donc fait un stage dans ce domaine chez Soledis et j’ai eu envie de poursuivre dans cette voie par la suite. A partir de 2014, j’ai commencé à créer mon site web personnel grâce auquel j’ai pu partager quelques-uns de mes retours d’expériences, des astuces, des billets d’humeur… Je ne l’alimente plus trop aujourd’hui mais il se positionne toujours aussi bien sur la longue-traîne. Pourvu que ça dure… En attendant, une bonne refonte ne lui ferait pas de mal 😉 Depuis l’arrivée des fameux PBN, j’ai voulu moi aussi, à ma petite échelle ouvrir mes propres sites, c’est pourquoi j’achète à présent régulièrement des noms de domaine dans divers domaines d’activité pour lancer des sites de niche et expérimenter des choses par moment.

Quel est ton profil SEO ? (plutôt technique, marketing, linking, mix des 3…)

De formation littéraire, j’ai un profil 100% axé sur le lexical/la sémantique mais mes différentes expériences m’ont permis d’affiner mon regard au niveau de l’aspect technique des sites web. J’aime également beaucoup passer du temps à chercher des liens et à trouver des noms de domaine expirés. Bref, je suis plutôt polyvalent en matière de SEO mais il est vrai que j’aimerais bien pouvoir m’essayer à d’autres leviers. Je suis cependant conscient que j’aurai toujours le SEO dans les veines.

Ta plus grande fierté SEO ?

Ma 1è fierté : mon site anthony-degrange.fr qui m’a permis de me faire connaître un petit peu. Ce site m’a également permis de prouver l’importance des commentaires et du nombre de partages sur les principaux réseaux sociaux dans le positionnement d’un site Internet sur des requêtes. J’ai même été, fut un temps, en 2è page de Google sur la fameuse requête qu’on vise tous : « consultant seo », ce qui est loin d’être le cas aujourd’ui pour être tout à fait honnête J. Mais ça c’était du temps où j’étais actif sur mon site perso. Le temps me manque cruellement aujourd’hui et j’ai d’autres projets personnels qui se superposent donc difficile de tout concilier.

Ma 2è fierté : un site que ‘ai réussi à passer de 50 expressions dans Yooda Insight à plus de 500 en l’espace d’un an grâce à une refonte de site travaillée aux petits oignons et une stratégie de netlinking 100% ciblée. Ce site est aussi passé d’une centaine de visites SEO par mois à presque 10 000 sessions mensuelles en l’espace d’un an.

Comment vois-tu l’avenir du référencement ?

Comme toujours, le référencement naturel reposera sur des bases intangibles, à savoir des critères on-site parfaitement optimisés (title, contenu, maillage, microdonnées, balisage Hn…) juxtaposés à des critères de plus en plus importants tels que le responsive design (mobile-friendly), le HTTPS, l’expérience utilisateur (un site utile mais mal conçu vaudra toujours mieux qu’un site parfaitement optimisé mais qui n’apporte rien aux internautes car Google accordera toujours plus d’importance aux sites qui répondent aux besoins des utilisateurs)… Sans oublier les critères off-site avec le netlinking, les réseaux sociaux, la création d’une page Google MyBusiness optimisée ! Bref, tout ce qui peut permettre à une marque de se faire connaître de manière naturelle et non intrusive comme le sont certaines techniques d’opt-in passives ou méthodes opt-out (même si j’ai fait de la publicité sur Internet mon métier, je suis complètement réfractaire à toutes ces techniques de vente qui corrodent nos modes de vie). Pour ce qui est de l’avenir du SEO, seul Google nous le dira, même si j’aimerais tellement que cet enfoiré tombe de son piédestal et perde son monopole. Mais, force est de reconnaître sa suprématie et, en matière d’innovation, il est encore loin devant. J’utilise ses outils tous les jours que ce soit sur desktop ou sur mobile (Google Agenda, Google Flights, Gmail, Google Photos, Google Maps…).

Le mot de la fin

Merci à toi de m’avoir donné la parole au cours de cette interview !

[Total : 1    Moyenne : 5/5]